DEVELOPPER DES ESPACES CO-CREATIFS

Quelque soit le contexte – personnel, familial, scolaire, professionnel, social – quand des dysfonctionnements commencent à prendre le dessus et bloquer les dynamiques relationnelles, d’une manière ou d’une autre tous les participants en ressentent les impacts, directement ou indirectement.

Face au phénomène extrême du harcèlement, nous commençons à accepter que harceleurs, harcelés et témoins vivent tous cette situation difficilement, malgré les apparences, et sont dans un état d’hypersensibilité : hyper nervosité, anxiété sous jacente permanente, hyper susceptibilité, hyperactivité.

Dans un contexte comme la crise sanitaire du Covid-19, les moindres dysfonctionnements relationnels prennent des proportions disproportionnées.

Pour résister et remédier aux dysfonctionnements relationnels, les pratiques de la Relation Créative propose de redéfinir les fondamentaux des espaces co-créatifs où chacun redéfinit sa place, son rôle et retrouve ses capacités à être leader, observateur, réalisateur et garant co-créateur de la dynamique relationnelle constructive dans tous ses espaces relationnels.

PREVENIR LES DYSFONCTIONNEMENTS :

RECONNAÎTRE LES TERRAINS RELATIONNELS PERVERS

Terrains relationnels pervers


La vulnérabilité personnelle :

  • manque d’ancrage identitaire sensoriel
  • manque d’expression et de gestion émotionnelles (espace, temps, supports, habilité, autorisation)

La vulnérabilité interpersonnelle :

  • manque de moyens de communication avec des limites claires où l’empathie peut se vivre
  • manque de reconnaissance (celle des pairs, vitale à l’adolescence)

La vulnérabilité du contexte social :

  • manque de sensibilité (humaine, animale et environnementale)
  • manque de repère

SORTIR DES DYSFONCTIONNEMENTS :

APPLIQUER LES PRINCIPES FONDAMENTAUX DES ESPACES DE CO-CREATIVITE

Les actions pour redéfinir et partager les principes fondamentaux des Espaces Co-créatifs

  • introduire la prévention dans des pratiques quotidiennes déjà en place
  • à travers les informations, les considérations, les propositions de travail, les pratiques demandées, etc. redéfinir les « limites relationnelles » personnelles (donc corporelles, sensorielles), interpersonnelles (donc émotionnelles), collaboratives (faisant sens commun) et cognitives (ouvrant à l’imaginaire)
  • redéfinir comment le langage des émotions, l'(auto-)empathie, l(‘auto-)reconnaissance, l(‘auto-)évaluation vont pouvoir se vivre
  • évoquer les problèmes interpersonnels sans générer de peur, de blocage, de stigmatisation en évitant de les relier à des phénomènes relationnels collectifs, sociétaux ou éco-systémiques comme ceux du harcèlement, de la domination financière, des dérèglements climatiques
  • proposer des supports et des pratiques de prévention pédagogiques et ludiques pour intégrer les principes fondamentaux des espaces co-créatifs à intégrer